Lexique

Allogamie : système de reproduction par fécondation croisée. Le pollen fécondant provient d'une autre fleur que celle de l'ovule.

L'allogamie demande en fait deux conditions :

Les mécanismes de l'allogamie sont les suivants :

Parmi les plantes cultivées, deux modes de pollinisation prédominent: la pollinisation anémophile, par le vent (betterave, maïs, asperge ...) et la pollinisation entomophile par les insectes (ray-grass, trèfles, dactyle, tournesol, colza...).

Alternative : se dit d'une variété qui monte à épis l'année du semis, les variété non alternatives monte à épis l'année suivant le semis.

Anémophilie (pollinisation) : reproduction sexuée d'une plante assurée par le vent (vecteur pollinisateur)

Annuelle : se dit d'une plante dont le cycle de végétation s'effectue sur une année. Exemples : mais, blé, pois...

Appétibilité : aptitude d'un fourrage à être consommé de manière préférentielle par les animaux en condition de choix. Les animaux sont très sensibles aux odeurs ou aux saveurs émises par les aliments qu'ils consomment, par exemple les fourrages riches en sucres sont mieux appréciés, les odeurs dégagées par les composés phénoliques ont un effet de repoussoir.

Aptitude à la combinaison : On distingue l’aptitude générale à la combinaison (AGC), moyenne des aptitudes agronomiques d’une plante, ou d’une lignée, jugée à travers ses combinaisons hybrides avec un ensemble d’autres plantes testeurs en Top cross et l’aptitude spécifique à la combinaison (ASC), aptitudes agronomiques moyenne d’une plante, ou d’une lignée, jugée à travers sa combinaison hybride avec une plante testeur, en principe une lignée homozygote en test diallèles.

Autogamie : système de reproduction d'un individu par lui-même.
L'autogamie est assurée par la structure de la fleur qui facilite l'autofécondation et empêche l'hybridation. Cinq conditions biologiques doivent être réunies à la fois :

Parmi les plantes autogames, on trouve le blé, le riz, le haricot, le lupin, le soja, la tomate, le lin et le colza.
Toutefois, l'autogamie est rarement totale : un faible taux d'hybridation subsiste généralement. Par exemple, pour le colza, un fort taux d'hybridation subsiste et atteint 30 %. Cela aura pour conséquence d'obliger à certaines précautions pour maintenir la pureté des variétés.
Auto-incompatibilité pollinique : impossibilité pour le pollen de féconder la plante dont il est issu. Ce phénomène d'inhibition est de nature biochimique et présente deux types principaux: l’autoincompatibilité gamétophytique lorsque la réaction est déterminée par la nature génétique du pollen lui-même, l’autoincompatibilité sporophytique où l'absence de germination du pollen est commandée par la plante qui l'a produit. Ce système est utilisé par les sélectionneurs pour la production de variétés hybrides.

Biotechnologies : désigne l'ensemble des méthodes et techniques utilisant des organismes vivants ou certains de leurs composants à des fins pratiques, techniques ou même industriels.

Cafétéria d'auges : des auges disposées en cercle sur des barrières sont remplies de fourrage et laissée en libre service. Les refus sont ensuite pesés à la fin des essais. On mesure ainsi l'appétibilité des variétés.

Clone : Ensemble de plantes provenant par multiplication végétative d'un individu unique et possédant le même patrimoine héréditaire (ou génétiquement identique).

Colchicine : agent chimique qui bloque la mitose après la duplication des chromosomes. Les cellules haploïdes deviennent ainsi diploïdes.

COV : Certificat d'Obtention Végétale.
Il est délivré au vu des examens DHS montrant la nouveauté et l'originalité du matériel végétal étudié et confère à l'obtenteur un droit exclusif à produire, à vendre tout ou partie de la plante ou tout élément de reproduction ou de multiplication végétative de la variété considérée.
Ce certificat est un titre de propriété.

CTPS : Comité Technique Permanent de la Sélection des plantes cultivées
Sous tutelle des Ministères de l’Agriculture et des Finances, il étudie et propose aux pouvoirs publics les orientations en matière de sélection et de production de semences. Il propose l’inscription des variétés au Catalogue Officiel et suit l’application des règlements techniques de la production, du contrôle et de la certification variétale et sanitaire des semences et plants.

Démarrage en végétation : stade caractérisant la date de mise à l'herbe possible. Il est repéré par une hauteur d'herbe de 15cm feuilles tendues pour le ray-grass anglais et de 20 cm pour les autres graminées. Légumineuses ?

DHS : épreuves de Distinction, Homogénéité et Stabilité en vue de l'inscription au catalogue officiel des espèces et variétés.

Dioécie : existence de plantes mâles et femelles différentes (asperge...).

Diploïde : se dit d’un organisme dont les chromosomes de base figurent en double exemplaire dans le noyau cellulaire.

Domestication : adaptation des plantes aux besoins de l'homme, adaptation des plantes sauvages à la culture.

Dormance : état physiologique présenté par certains organes végétaux et caractérisé par l'état en vie ralentie.

Entomophile (pollinisation) : reproduction sexuée d'une plante assurée par un insecte (vecteur pollinisateur).

Espèce : groupe d'individus ayant des caractères morphologiques, physiologiques et chromosomiques semblables et qui peuvent se croiser entre eux.

Famille : ensemble de plantes issues du semis des graines récoltées sur un épi ligne.

Fixation des caractères : action ayant pour but d'obtenir un matériel homozygote et stable, en général par autofécondations répétées à partir d'un matériel hétérozygote.

Germplasme : ensemble des ressources génétiques végétales à la disposition d'un sélectionneur pour la création de nouvelles variétés/lignées.

GEVES : responsable de la mise en place des essais d'inscription des variétés et des analyses des lots de semences.

Haplodiploïdisation : processus d'obtention de plantes haploïdes doublées à partir des organes porteurs des cellules reproductrices, appelés gamétophyte mâle ou femelle.

Hétérosis ou vigueur hybride : Désigne le croisement de lignées ou de populations qui donne une descendance aux performances supérieures à celles du meilleur parent. Ces performances seront d'autant plus importantes que les parents sont éloignés génétiquement.
Ce phénomène peut s'expliquer par le fait que l'hybride cumule les allèles favorables de chacun des deux parents (si les gènes favorables sont dominants).
Ce phénomène est lié aux systèmes de reproduction. Il est plus fort chez les plantes allogames que chez les plantes autogames. En effet chez les autogames, les gènes récessifs défavorables tendent à être éliminés au cours de l'évolution par une pression de sélection naturelle.
Une autre hypothèse est celle de la superdominance. La supériorité de l'hybride par rapport aux parents viendrait de la supériorité de l'état hétérozygote à un certain nombre de loci: Aa supérieur à AA ou aa.

Hybride : variété résultant d'un croisement contrôlé de deux constituants (parents) qui peuvent être de nature variée (Lignée comme pour le maïs, clone comme pour l’asperge, population comme pour la betterave).
Il existe plusieurs types d'hybrides :

Hybrides synthétiques : Hybrides obtenus à partir du croisement multiple de cinq lignées au moins choisi en fonction d’un même critère.

Inflorescence : organe spécialisé de la plante regroupant des fleurs.

Groupe de fleurs : Grappe, Epi, Ombelle, Capitule, Panicule...

Ingestibilité : quantité de fourrage ingéré lorsqu’il est distribué à volonté comme seul aliment. Exprimé en Unité d’Encombrement (UE), elle dépend de la composition des aliments et de leur teneur en lignignes et cutines qui encombrent l'estomac et diminue ainsi l'ingestibilité.

Légumineuse : plantes ayant la capacité de fixer l'azote atmosphérique, grâce à une symbiose existant entre la plante et une bactérie qui se développe dans son système racinaire. Les légumineuses fourragères cultivées en France sont le trèfle blanc (Trifolium repens), le trèfle violet (Trifolium pratense L.), le trèfle incarnat (Trifolium incarnatum L.), le lotier (Lotus corniculatus L.) et le sainfoin (Onobrychis sativa Lam).

Lignée : ensemble d'individus homozygotes identiques entre eux et reproduits identiques à eux-mêmes par autofécondation.

Matière Azotée Digestible (MAD) : ensemble des constituants azotés des aliments dégradés ou utilisés directement par la population microbienne du rumen, exprimés en g par kilo de matière sèche.

Monoécie : fleurs mâles et femelles sont séparées mais sur un même pied (maïs, melon, concombre…).

Montée en tige : la vitesse de montée en tige indique si la variété est "souple d'exploitation". Plus la vitesse de montée des tiges est faible, plus la période d'exploitation au printemps, notamment entre le démarrage en végétation et le stade épis à 10 cm, est longue.

Panmixie : reproduction au hasard des individus d'une population

Pépinière : collection de plantes constituant un réservoir génétique pour la sélection.

Ploïdie : nombre de copies du nombre chromosomique de base.

PMG : poids de mille grains.

Précocité d'épiaison : date ou période à laquelle les premiers épis sont visibles sur la prairie (10 épis visibles au mètre linéaire).

Remontaison : capacité d'une graminée fourragère à refaire des épis après une exploitation. Une plante faiblement remontante reforme peu d'épis et la prairie présente essentiellement des repousses feuillues faciles à exploiter en pâturage.

Reproduction végétative : formation d'un nouvel individu à partir d'un organe de la plante "mère" sans passer par la reproduction sexuée. Il existe deux types de reproduction par multiplication végétative : naturelle ou in vitro.
Pour la reproduction végétative naturelle, il s'agit soit d'une multiplication par stolon (fraisier), par tubercule (pomme de terre), par rhizomes ou par bulbilles ou caieux (l'ail).
Pour la reproduction végétative In Vitro, il s'agit d'une méthode de multiplication par culture de fragments de plante sur milieu nutritif artificiel. Chez la pomme de terre, par exemple, on peut repiquer des fragments de germe comportant un nœud muni d'une petite feuille et d'un bourgeon.
- la reproduction végétative est une multiplication perpétuelle, par série de mitoses suivie de fragmentations individualisant des organes de multiplication. Elle conserve donc l'intégrité génétique des plantes, à la différence de la reproduction sexuée qui, par la méiose, entraîne des modifications génétiques dans les descendances, sauf dans le cas des lignées pures. Chez les espèces cultivées se reproduisant par voie végétative, les variétés cultivées sont presque toujours des clones, ou quelquefois des mélanges de clones très voisins. La sélection conservatrice des espèces à multiplication végétative est plus facile puisque tout génotype nouveau obtenu est d'emblée fixé et reproductible à l'identique.
Les systèmes de multiplication végétative sont très variés:
- Bouturage (fraisier, artichaut, bananier...)
- Formation de bulbes ou de caïeux (échalote, ail, tulipe...)
- Formation de tubercules (pomme de terre, topinambour, dalhia...)
- Greffage (pommier, vigne, avocatier...)
- Semences apomictiques : semences obtenues par développement parthénogénétique de cellules sexuelles autres que des gamètes entraînant un clonage par graine (paturin, oranger, framboisier)

Résistance : L'origine de la résistance est généralement génétique et liée à la présence d'un gène de résistance. Les gènes de résistance peuvent être soit présents à l'état naturel dans certaines variétés soit introduits dans un hybride par rétrocroisement, soit présents dans d'autres espèces et introduits par transfert de gène comme dans le cas de la résistance à la pyrale du maïs qui est un papillon ravageur. Dans le cas d'une résistance, la variété se protège en réagissant contre ce qui la détruit (parasite, maladie,...). Il faut distinguer la résistance de la tolérance bien que les deux termes soient abusivement utilisés sans distinction. La tolérance est l'aptitude d'une variété à supporter le développement d'un ravageur ou d'un agent pathogène sans que les désordres occasionnés compromettent sa croissance ou sa production. La tolérance s'applique pour la verse, le froid, la sécheresse…

Rétrocroisement : Le rétrocroisement ou back-cross est une des techniques de base de l'amélioration des plantes. Elle est utilisée pour introduire un gène qui code pour un caractère intéressant, la résistance à une maladie par exemple, d’un parent dit donneur, dans le génome d'une variété existante élite de bonne valeur agronomique dite le parent récurrent. Pour cela, on réalise une série de croisements entre la lignée receveuse ou élite, et la plante donneuse du caractère. Les descendants ayant le caractère désiré sont ensuite croisés pendant plusieurs générations par la lignée élite receveuse ou récurrente. Ceci permet d’augmenter la part de la lignée élite dans le fond génétique des descendants, tout en veillant à conserver le caractère intéressant par élimination des individus n’ayant pas le caractère désiré. Après le septième rétrocroisement, la part de la lignée élite receveuse est de 97%, c’est-à-dire que la lignée obtenue est quasiment identique ou isogénique de la lignée élite receveuse, mais contenant en plus le caractère désiré.

Sauvetage d’embryon : consiste à prélever un embryon précocement, pour le cultiver in vitro, soit pour accélérer les cycles de végétation, soit parce qu’il ne pourrait pas se développer dans les tissus maternels comme dans le cas d’un croisement interspécifique.

Sélection assistée par marqueur (SAM) : Par l’utilisation des marqueurs moléculaire qui permettent l’étiquetage de régions chromosomiques favorables à l’expression de caractères d’intérêt, la sélection assistée par marqueurs rend possible la construction des meilleures combinaisons de gènes. Elle comprend deux étapes principales; l’identification très tôt, un fragment de feuille suffit, des individus complémentaires, puis le pilotage des croisements entre les individus.

Sélection généalogique : sélection basée sur l’obtention de lignées ou familles de lignées avec le choix des meilleurs d’entre elles.

Sélection massale : consiste à, choisir dans une population à fécondation libre les grains qui seront utilisés comme semences l’année suivante.

Sélection récurrente : le but est d‘améliorer la valeur moyenne d’une population en sélectionnant des individus qui seront intercroisés, créant ainsi une nouvelle population qui sera à son tour sélectionnée. Le nombre de cycle est variable, le sélectionneur peut à tout moment extraire de ces populations des plantes qu’il utilise comme matériel de départ pour la création variétale.

Semence de base : semences obtenues à partir de la semence mère, dont l'identité, la pureté génétique et l'homogénéité sont garanties et qui serviront à la multiplication en vue de produire des semences certifiées. -- Semence mère : semences conformes au type de la variété et homogène, provenant de sélections individuelles et représentant les caractéristiques propres de la variété.

SOC : Service Officiel de Contrôle et de certification. Service technique du GNIS, responsable vis à vis du Ministère de l’Agriculture de l’application des règlements techniques de la production du contrôle et de la certification des semences et plants.

Stérilité mâle : Stérilité des organes mâles d'une plante par l’atrophie des étamines ou l'avortement plus ou moins précoce du pollen dans les anthères. Ceci se traduit par l’absence de pollen ou du pollen non viable.

Souplesse d'exploitation : pour une graminée fourragère mesure la période séparant la date de démarrage en végétation de la date de début d'épiaison au printemps. Elle permet d'évaluer le temps disponible pour exploiter la prairie au printemps.

Stérilité mâle cytoplasmique : système de stérilité mâle qui met en cause à la fois le cytoplasme par des génes mitochondriaux et des génes nucléaires particuliers de stérilité ou de restauration de la fertilité.

Stérilité mâle génique : stérilité mâle induite par les gènes

Témoins : Variétés ou groupe de variétés de référence dont le rendement représente la base 100, ayant pour but la comparaison en vue de l’inscription des nouvelles variétés par le CTPS au catalogue officiel. Les témoins sont choisis parmi les variétés de performances élevées et régulières, connues et largement utilisées sur le marché français.

Testeurs : population, hybride ou lignée qui sert à évaluer la valeur en croisement de génotypes candidats à la sélection par étude de la descendance du génotype par le testeur.

Tétraploïde : se dit d’un organisme dont les chromosomes de base figurent en quatre exemplaires dans le noyau cellulaire.

Tolérance : La tolérance est l'aptitude d'une variété à supporter le développement d'un ravageur ou d'un agent pathogène sans que les désordres occasionnés compromettent sa croissance ou sa production. La tolérance s'applique pour la verse, le froid, la sécheresse... Il faut distinguer la résistance de la tolérance bien que les deux termes soient abusivement utilisés sans distinction.

Transgénèse : technique de transfert et d'intégration d'un ou plusieurs gènes à l'intérieur du patrimoine génétique d'un organisme vivant.

Unité Fourragère Lait (UFL) : quantité d’énergie nette pour la production laitière contenue dans un kilo d’orge de référence.

Unité Fourragère Viande (UFV) : quantité d’énergie nette contenu dans un kilo d’orge de référence pour l’entretien et la croissance d’un animal à l’engrais à un niveau de production de 1,5.

Valeur hybride : expression végétative et agronomique de l’hétérosis.

Variété : population artificielle obtenue en vue de son usage en agriculture, reproductible, homogène et stable dans ses caractéristiques génétiques et distincte des autres variétés.

Variétés composites : Hybrides inter variétaux multiples caractérisés par un nombre élevé de composantes (lignées, hybrides, populations etc. ) généralement non fixés.

Variété synthétique : population artificielle résultant de la multiplication, pendant un nombre déterminé de générations, de la descendance du croisement naturel d'un nombre limité de parents (lignées, famille...) sélectionnés pour leur valeur propre ou leur valeur en combinaison.

VAT : épreuves de Valeur Agronomique et Technologique en vue de l'inscription au catalogue officiel des espèces et variétés.

Verse : inaptitude à rester droit, inclinaison ou chute des tiges. La verse peut être liée à des conditions climatiques défavorables ou à des agents pathogènes.

Vigueur hybride : voir Hétérosis.

^ Haut de page     Page suivante >